Louis ÉNAULT (1824-1900)

Natif d'Isigny (14), cet écrivain connut la notoriété et même la gloire, mais son nom n'évoque désormais plus rien ! Avocat, il s'exile après les évènements de 1848 ; il s'inspire des lieux visités et des personnes rencontrées pour composer des romans et des volumes de voyage. En outre, il est le traducteur de l'Oncle Tom et de Werther.

Publications de La Piterne

Christine

Tragiques amours

La Vierge du Liban

 

Léon ÉPINETTE (1855-1902)

Véritable nom de LéoTRÉZENIK

 

ESPRIT DE BOSROGER (15..-1655)

Né à Rouen (76), ce théologien est prié par l'évêque d'Évreux de l'assister au commencement de la possession des religieuses de Louviers. Il retrace les épisodes de cette épidémie de démonomanie et en déduit que les religieuses étaient possédées du Diable ; il en conclut que la magie mérite d'être punie de mort, que l'ordre de la justice divine oblige les juges de faire exécuter les sorciers et les magiciens.

 

Jean de FALAISE

Pseudonyme utilisé par Charles de CHENNEVIÈRES-POINTEL

 

Henri FAUCON (1869-1896)

Né au Havre (76) et docteur en droit, il est avocat au barreau de la Cité Océane. Il compose des nouvelles publiées dans le Bulletin de la Société havraise d’études diverses, à laquelle il participe avec assiduité. Marié avec une amie d’enfance, il meurt quinze mois plus tard, laissant une veuve de 20 ans et une orpheline de 4 mois.

Publication de La Piterne

Le fiancé et autres nouvelles : Collection "Vite lu"  n°06

 

Fernand FAUTREL (1857-1...)

Né à Fécamp (76), il est connu pour avoir écrit dans un nombre important de publications : La Revue-Caprice ; L'Avenir de Deauville ; La Héve ; le Paris-Havre ; le Yacht de Paris ; le Vieux Corsaire de Saint-Malo. Avant tout poète, il rédige quelques nouvelles publiées dans ces mêmes revues.

 

Octave FÉRÉ (1815-1875)

Tourangeau, venu en Normandie comme maître de pension, il se tourna vers le journalisme et dirigea le Phare de Dieppe avant de fonder le Messager de Rouen. Il s'est intéressé à son pays d'accueil et à ses légendes ; il mit la région en scène dans des romans et signa de nombreuses collaborations.

Publications de La Piterne

Légendes et traditions de la Normandie

Un amour par héritage : Collection "Vite lu" n°17

L'amitié de l'amour : Collection "Vite lu" n°30

Charles Théophile FÉRET (1858-1928)

Né à Sotteville-lès-Rouen (76), sa famille est originaire de Sainte-Mère-Église (50). Il grandit à Quillebeuf-sur-Seine et étudie à Pont- Audemer (27). Fier de son ascendance normande, il se désigne comme un Barbare danois des îles Faroer. En 1923, il fonde, avec Lucie Delarue-Mardrus, la Société des écrivains normands, visant à regrouper les écrivains d’origine ou résidant en Normandie.

 

Paul FERNEY

Pseudonyme utilisé par Alexandre MESNIER

 

David FERRAND (1590-1660)

Né à Rouen, il exerce la profession d’imprimeur et de libraire. Il est condamné plusieurs fois par le bailliage de Rouen entre 1616 et 1620 pour impression de libelles sans permission ou sous fausse adresse. Son œuvre majeure La Muse normande, sous-titrée Recueil de plusieurs ouvrages facétieux en langue purinique ou gros normand, renferme des pièces joyeuses et de curieux détails sur les mœurs.

Octave FEUILLET (1821-1890)

En conflit avec son père, il s'installe à Paris avant de revenir dans sa ville natale, Saint-Lô. Revenu dans la capitale, il entre à l'Académie française en 1862. Affecté par la mort de son fils aîné, il quitte Paris pour le calme normand ; il achète alors une maison dans la banlieue de Saint-Lô, où il vit, au milieu de ses roses. Il utilise le pseudonyme Désiré HAZARD.

Publications de la Piterne

Les amours de Philippe

Vie de Polichinelle

Valérie Marie Elvire FEUILLET (1832-1906)

Née à Saint-Lô, Valérie DUBOIS, fille du maire de la ville, épouse en 1851 son cousin, Octave Feuillet ; tous deux écrivent. Le ménage s'installe chez M. Feuillet père puis au château de la Vaucelle et à Paris. En 1905, elle remet au musée de Saint-Lô des objets de l'intérieur familial : tableaux, sculptures, gravures, dessins, photo-graphies et quelques meubles.

Publication de la Piterne

Mystérieux passé

 

Jacques FEYROL

Pseudonyme utilisé par Fernand HUE

Gustave FLAUBERT (1821-1880)

Rouennais (76) et prosateur hors pair du XIXe siècle, Flaubert a marqué la littérature française par ses analyses psychologiques, son souci de réalisme, son regard lucide sur les comportements des individus et de la société, et par la force de son style. Il est très préoccupé d'esthétisme, d'où son long travail d'élaboration pour chaque œuvre

Publication de la Piterne

Salammbô

 

FLAVIO

Pseudonyme utilisé par Eugène de LONLAY

 

FLÉCHELLES

Pseudonyme utilisé par GAULTIER-GARGUILLE

Robert DE FLERS (1872-1927)

Né à Pont-l'Évêque (14) où son père est sous-préfet. Après des études de lettres et de droit, il se tourne  vers la littérature et le journalisme. Un voyage en Orient lui inspire ses premiers écrits, mais il atteint la célébrité au théâtre. Après la première Guerre mondiale, il collabore à des créations théâtrales et devient conseil-ler général de la Lozère, avant d'entrer à l'Académie française en 1920.

Publication de la Piterne

Histoire de la courtisane Taïa et de son singe vert : Collection "Vite lu" n°36

Jean FLEURY (1816-1894)

Né à Vasteville (50) dans un milieu modeste, il devient tour à tour professeur, rédacteur et gouverneur en Russie où il enseigna la littérature française. Il garde ses attaches normandes, publie trois ouvrages sur le patrimoine culturel du Cotentin, spécifiquement de la Hague. Rentré en France, il meurt à Gréville, où il est enterré.

Publication de la Piterne

Littérature orale de la Basse Normandie

Pierre-Amable FLOQUET (1797-1881)

Né à Rouen (76), il fait son droit à Caen et revient dans sa ville natale comme greffier en chef près de la Cour royale. Il est ensuite employé au département des Manuscrits de la Bibliothèque royale.
Historien et archiviste départemental de la Seine-Inférieure, avant tout à l’histoire de son département et en consigne les légendes et les anecdotes. Il était le doyen des correspondants de l’Académie des inscriptions et belles lettres

 

FORSAN

Pseudonyme utilisé par Octave MIRBEAU

 

Amédée FRAIGNEAU (1863-1905)

Rédacteur au Nouvelliste de Rouen, il s’intéresse ensuite à l’Algérie et collabore à une revue de bibliophiles L’Algérie artistique et pittoresque. Il lance en 1892 une revue bimensuelle puis hebdomadaire, dont le thème est proche : La Chronique africaine illustrée, à laquelle collaborent d’importants écrivains de l’époque et où il écrit lui-même de la fiction. Il devient directeur du Crédit foncier algérien.

 

Nicolas FRAMERY (1745-1810)

Né à Rouen (76), il fait ses études au collège Mazarin à Paris, où, malgré sa petite taille, ses professeurs le qualifient de grand écolier. Très jeune intéressé par la musique, les comédies et opéras, il est surintendant de la musique du comte d'Artois avant de s'impliquer dans la défense des auteurs et compositeurs dramatiques ; il est élu agent général pour le recouvrement des droits.

Aristide FRÉMINE (1837-1897)

Né à Bricquebec (50), il y passe son enfance. Comme son père, il intègre l'administration des contributions qui l'envoie à Coutances, puis en région parisienne, où il héberge son frère Charles qui décide de se consacrer aux lettres. Tenté par la littérature, il entre par la poésie avant d'écrire nouvelles et romans. Ses productions littéraires sont surtout publiées sous forme de feuilletons.

Charles FRÉMINE (1841-1906)

Né à Villedieu-les-Poêles (50), il suit des études à Cherbourg avant d’aller à Suresnes, chez son frère Aristide. À cette époque, il fait son entrée en littérature dans des journaux avant de créer sa feuille le Voyageur de commerce. Connu par ses poèmes où il chante sa Normandie natale, il souffre d’une affection incurable du larynx. À la veille de subir une opération, il met fin à ses jours.

Publications de la Piterne

La chanson du pays

le roi des Écrehou : Collection "Vite lu" n°55

Aux jardins du Luxembourg : Collection "Vite lu" n°47

 

Henri FRÈRE (1836-1903)

Né à Rouen (76), cet avocat fait des études brillantes de latiniste. Il publie dès l’âge de 19 ans. Membre de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Rouen qu’il préside avant son frère Samuel, il s’intéresse à l’histoire locale et régionale.

 

Samuel FRÈRE (1845-1931)

Né à Mont-Saint-Aignan (76), il s’intéresse à plusieurs formes artistiques : écrivain, peintre paysagiste et critique musical au Journal de Rouen. Succédant à son frère Henri, il préside la Société artistique de Normandie et membre de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen.

 

Louis-Joseph FRET (1800-1843)

Prêtre du diocèse de Sées ordonné en 1822, il est nommé curé de Champs en 1823 puis devient chanoine honoraire en 1842. Il est membre de la Société des Antiquaires de Normandie et participe en 1838 aux Antiquités et chroniques du Perche.

 

Eugène GAILLET (1845-1910)

Né au Havre (76), il collabore comme journaliste à L’Evénement ; Gil Blas, Le Cri du peuple >et Le Corsaire. Auteur de deux livres qui ont fait quelque bruit et même du scandale. Quoique anonyme, les noms des auteurs (Gaillet et Liébold) ont été révélés devant la Cour d’assises, qui les a condamnés à trois mois de prison chacun. En 1900, il écrit Que faire ? Romain-feuilleton du Matin, œuvre à six mains, avec Guillaume Apollinaire et Henry Desnar.

 

GALERITA

Néé à Rouen (76) Hermine-Adélaïde-Sophie MATENAS, publie sous le pseudonyme de GALERITA, elle épouse Georges-Hubert de Castex, mentionné comme général de brigade en 1888 dans un document notarié de Paris.

 

 

Paul-Edmond GALERON (1807-1871)

Natif de L’Aigle (61), il obtient l’agrégation des lettres à l’âge de 24 ans, puis enseigne les lettres au lycée Charlemagne de Paris, avant de partir à Reims pour enseigner la rhétorique ; il restera correspondant de l’académie rémoise. Il poursuit sa carrière comme « professeur libre des Roumains » et publie des ouvrages pédagogiques sur les principes oratoires ou la rhétorique. Il est Officier de l’Instruction publique.

Publication de la Piterne

La fiancée d'Asnières : Collection "Vite lu" n°16

Arnould GALOPIN (1863-1934)

Natif de Marbeuf près du Neubourg (27), cet auteur prolifique a plus de cinquante romans à son actif. Acclamé par la critique, ses romans rencontrent le succès populaire et relatent ses expériences pendant la première Guerre Mondiale. Auteur de romans de science-fiction, dans le style de Jules Verne, et d'ouvrages pour la jeunesse, il s'est essayé au parler régional en composant un petit nombre de poésies en normand.

Publications de la Piterne

Le bacille

Les Poils de la 9e

La fiancée de l'espion

 

Armand GASTÉ (1838-1902)

Né à Vire (14), ce spécialiste de l’histoire littéraire de Normandie débute dans l’Ins-truction publique comme maître d’étude. Pour ne pas s’éloigner de sa province natale, il est nommé à la Faculté de Caen en 1878. Gasté s’attache à l’étude des poètes de la Normandie ; son sujet de prédilection est la question de l’origine des « Vaux-de-Vire ». Membre de l’Académie de Caen dès 1873, il en devient secrétaire et en est l’âme pendant vingt ans.

 

Aimable Philippe GAULIER (1843-1903)

Prêtre du diocèse de Sées, ordonné en 1866, il est l'auteur des veillées percheronnes (1874), revoit et annote la 2e édition du pape de Mortagne, ou scènes de mœurs percheronnes de L-J FRET (1897)

GAULTIER-GARGUILLE (1593-1633)

Né à Sées (61) Hugues GUÉRET, surnommé aussi FLÉCHELLES, se spécialise dans les rôles de vieillards au théâtre du Marais, puis devient célèbre comme acteur de farces au Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne. Il introduit dans les farces qu'il représente, des couplets grivois de sa composition. Apprécié par le roi Louis XIII, il est appelé la merveille des comédiens de France.

 

Henry GAUTHIER-VILLARS

Véritable nom de WILLY

 

Achille GENTY (1826-1870)

Né à Verneuil-sur-Avre (27), il est avocat à Mortagne ; mais abandonne ses hono-raires à la partie adverse ! Il se rend à Paris, où il vit de sa plume, de travaux de librairie et d’érudition. Il préface la réédition de poèmes français ou percherons ; le talent d’Achille Genty y excelle pour restituer la physionomie d’une époque, camper un portrait, donner une vue claire et synthétique d’une œuvre.

 

Théodemir GESLAIN (1848-1...)

Né à L'Home-Chamondot (61), il est principal clerc de notaire.

 

Marquis de GIAC

Pseudonyme utilisé par Alcide Pierre GRANDGUILLOT

Pierre GIFFARD (1853-1922)

Né à Fontaine-le-Dun (76), ce fils de notaire est pionner de la presse sportive. Il crée des courses à pied, à vélocipède ou en voiture, et le "Marathon de Paris". Il est à l'origine du quotidien sportif L'Auto-vélo qui crée le "Tour de France". Son abondante bibliographie contient des récits sportifs, des pièces de théâtre et des romans.

Fulgence GIRARD (1807-1873)

Né à Granville (50), il fait son droit à Paris. Marié, il s'inscrit au barreau d’Avranches, où il réside jusqu’en 1845. Secrétaire de la Société d’archéologie d'Avranches, Mortain et Granville, il devient directeur et principal rédacteur du Journal d'Avranches. Après une longue absence, il revient à sa terre de la Broïse, en Bacilly.

 

Louis GOUGET (1877-1915)

Né à Thury-Harcourt (50), l'avocat se plait à utiliser le parler régional pour écrire des contes et poésies ; épouse Constance Germaine en 1907. Mort pour la France le 07 juin 1915 à Villejuif, la plupart de ses œuvres sont publiées à titre posthume.

Remy de GOURMONT (1858-1915)

Né à Bazoches-au-Houlme (61), il entreprend des études de Droit, puis s'installe à Paris. Employé à la Bibliothèque nationale, il collabore à des périodiques catholiques ; le roman Merlette (1886) marque ses débuts littéraires. Atteint par un lupus, les cautéri-sations le défigurent. Cloîtré chez lui, il se consacre au travail et aux livres. Son œuvre, composée de romans, pièces de théâtre, recueils de poésie et d'essais, témoigne de son érudition.

Publications de la Piterne

La patience de Griseledis

D'un pays lointain

Les chevaux de Diomède

 

Jean-Baptiste Cousin de GRAINVILLE (1746-1805)

Né au Havre (76), il est destiné à l'état ecclésiastique ; la Révolution l'en détourne et il développe son talent oratoire en se consacrant à la littérature. Ses positions politiques le condamnent à vivre chichement, l’activité de son esprit n'est plus soutenue par la composition de ses livres. Sa sœur s'est mariée au frère Bernardin de Saint-Pierre.

Publication de la Piterne

Le dernier homme

 

Jean-Baptiste Christophe de GRAINVILLE (1760-1805)

Natif de Lisieux (14), il est avocat au barreau de Rouen ; la fatigue que cause cette profession le détermine à ne l’exercer que peu de temps. Il se retire dans sa ville natale, où il se livre à des travaux littéraires et au plaisir de la chasse. Ses productions romanesques sont qualifiées de « romas poétiques ».

Alcide Pierre GRANDGUILLOT (1829-1891)

Né à Rouen (76), il est professeur au collège du Havre en 1848-1849 ; puis il devient directeur des journaux Le Constitutionnel et le Pays. Pour écrire, il utilise de très nombreux pseudonymes : Marquis de GIAC, Jean LACAVE, Roi d'YVETOT, etc. Publiciste, il est nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1862.

 

Gustave GRANDIN (1831-1901)

Né à Elbeuf-sur-Seine (76), journaliste et rédacteur du Journal du Cher à Bourges de 1858 à 1898. Il s'inspire de sa ville natale pour Trois puchotteries elbeuviennes publié en 1876 ; le Puchot est un quartier populaire d'Elbeuf.

Marius GROULT (1903-1946)

Né à Fauville-en-Caux (76), son père est facteur. Il choisit l'enseignement et intègre en 1932 la Société religieuse des Amis (quakers) et se lie avec des pions passionnés de littérature, dont Émile Danoën et Pierre Aubery. En 1943, il obtient le prix Goncourt pour son roman Passage de l'homme. il meurt au Havre et enterré à Infreville.

 

Léon GUÉRIN (1807-1885)

Né à Mortagne-au-Perche (61), il débute comme écrivain sous son nom ou plusieurs pseudonymes : GUÉRIN-DULION ou Léonide de MIRBEL; Auteur de nouvelles et contes, poète, il publie dans sa jeunesse, et se lance dans le journalisme, en fondant le Journal des enfants, puis La gazette des enfants et des jeunes personnes, avant de se spécialiser dans l’Histoire. En 1846, Il est nommé historiographe de la marine.

 

GUÉRIN-DULION

Pseudonyme utilisé par Léon GUÉRIN

 

Constant GUÉROULT (1814-1882)

Né à Elbeuf-sur-Seine (76), il collabore à plusieurs journaux parisiens comme La Patrie, Le Courrier de Paris et Le Petit journal.

Feuilletoniste, il écrit aussi des pièces de théâtre et des nouvelles seul ou en collaboration avec des auteurs dont Ponson du Terrail. En 1875, il signe un feuilleton Le retour et la fin de Rocambole "sur des notes laissées par Ponson du Terrail".

Publication de la Piterne

Aventures cavalières

 

Éléonore GUICHARD (1719-1747)

Née en Normandie, elle est la fille d’un receveur des contributions ; elle réunit aux attraits de la figure les grâces d’un esprit cultivé. Évariste de Parny l’a célébrée dans ses vers ; la plupart de ses poésies érotiques lui sont adressées. Morte à la fleur de l’âge, son unique ouvrage est aussitôt traduit.

 

Maître GUILLAUME

Né à Louviers (27), Guillaume MARCHAND doit succéder à son père apothicaire. Boute-en-train, il se fait remarquer par sa conduite et se crée une renommée parmi ses compatriotes. Il prend plaisir à lire les facéties dont les Évangiles de Quenouilles et à entendre les sermons triviaux ou comiques. Nommé Fou du Roy, il prend le nom de Maître Guillaume, et devient très populaire.

Ulric GUTTINGUER (1787-1866)

Né à Rouen (76), il est le promoteur de la révolution romantique et ami de Victor Hugo. Il rédige son chef-d’œuvre est Arthur dans un chalet construit en pleine forêt, près de Honfleur : chronique fine et intelligente des passions de tête et de cœur nées de l’oisiveté de la Restauration et des débats littéraires. Rédacteur à La Muse française, il est président de l’Académie de Rouen.

Publication de la Piterne

Eulalie : Collection "Vite Lu" n°11

Paul HAREL (1854-1927)

Né à Échauffour (61), il court les champs, débute un apprentissage en pharmacie en apprenant du latin. Aubergiste, métier de son grand-père, l'auteur chante la nature et la vie rurale avec sincérité. Parfois il puise son inspiration dans la foi. Appelé à Paris, la capitale ne lui fait pas oublier son pays natal : aimant la simplicité rustique, il retourne à Échauffour.

 

Carolus d'HARRAN (1863-1907)

Né à Fécamp (76), Auguste-Charles Durand, fils de Louis-Léopold Durand, imprimeur et écrivain, est rédacteur en chef du Journal de Fécamp. Membre de la société des gens de lettres, il est romancier, conteur et auteur dramatique. Il publie une vingtaine d’ouvrages sous le pseudonyme de Carolus D’Harran, avant de décéder à Fécamp.

Oscar HAVARD (1842-1922)

Né à Villedieu-les-Poêles (50), il s'engage dans le journalisme à la rédaction politique et littéraire du Journal d’Avranches - oppo-sition monarchique catholique - et la Semaine religieuse de Coutances. Après la guerre, il continue sa carrière, s'intéresse au mouvement folkloriste ; ses légendes et contes régionaux pa-raissent dans la Semaine des Familles, La France Illustrée, etc.

Publications de la Piterne

Compère Loup et Poulotte : Collection "Vite Lu" n°05

Conte de Théophile : Collection "Vite Lu" n°10

 

Désiré HAZARD

Pseudonyme utilisé par Octave FEUILLET

 

Pierre Alexandre HÉRON (1829-1903)

Né à Rouen (76), il est professeur au collège de la ville avant de devenir éditeur.

Membre de la Société de géographie et de l’Académie de Rouen, de la société des bibliophiles normands, il publie les œuvres de poètes et d’anciens auteurs régionaux, parmi lesquels Henri d’Andeli, David Ferrand, Pierre de Marbeuf et Robert Blondel.

 

Fernand HUE (1846-1895)

Né à Caen (14), il est brigadier au 1er régiment des chasseurs d’Afrique avant de se faire connaître en tant qu’écrivain et membre de l’Association des Journalistes Parisiens. Son œuvre comprend l’histoire de son régiment des chasseurs d’Afrique, des romans d’aventures et de nombreuses nouvelles pour enfants. Il utilise les pseudonymes de Paul BLAISE, Jacques FEYROL et Jean IBICKS.

Publications de la Piterne

500,000 dollars de récompense

L'Acadienne : Collection "Vite Lu" n°26

Crevette : Collection "Vite Lu" n°39

Le mariage du père Lecornu : Collection "Vite Lu" n°31

 

Jean IBICKS

Pseudonyme utilisé par Fernand HUE

 

M. IRLANDE

 Pseudonyme utilisé par Achille MÉLANDRI

 

Charles JOBEY (1812-1877)

Né à Rouen (76), il fait un voyage en Amérique en 1834 et fonde à la Nouvelle-Orléans un théâtre dont il est directeur et chef d’orchestre. Revenu en France en 1840, il écrit dans diverses publications périodiques, comme L’Illustration, le Monde illustré, la Vie à la campagne.

 

JUNIUS

Pseudonyme utilisé par Alphonse DUCHESNE

Alphonse KARR (1808-1890)

Ce Parisien débuta par l'enseignement avant de vivre de sa plume. Rédacteur de presse, il connut le succès avec son roman Sous les tilleuls. Propriétaire d'une résidence à Sainte-Adresse (76), il songea à la Normandie en publiant des ouvrages inspirés par la région. Il finit sa vie comme horticulteur près de Nice.

Publications de la Piterne

Clotilde

Histoire de Rose et Jean Duchemin

 

Pierre-Alexandre Gaillard de LA BATAILLE (1708-1779)

Né à Rouen (76), trésorier de France, il était chargé de l’administration du domaine royal. Selon certains biographes, c’était un comédien raté. Le personnage central de Frétillon désigna elle-même Gaillard comme l’auteur du pamphlet. Il s’agirait de la vengeance d’un amoureux éconduit ! Il ne produisit que trois ouvrages, classés comme libertins

 Raitif de LA BRETONNE

Pseudonyme utilisé par Jean LORRAIN

 

Augustin LABUTTE (1801-1881)

Historien et romancier, Labutte est le pseudonyme d'Augustin MICHEL, avocat au Havre. Peu d'informations filtrent à propos de cet auteur de plusieurs monographies sur les villes de Normandie : le Havre, Honfleur, Yvetot.

Publication de la Piterne

Histoire du royaume et des rois d'Yvetot
 

Jean LACAVE

Pseudonyme utilisé par Alcide Pierre GRANDGUILLOT

 

Jean de LA CLOCHE

Pseudonyme utilisé par Victor BRUNET

 

Jean LALOUETTE

Pseudonyme utilisé par Georges DESVISSES DU DÉZERT

 

Anne de LA ROCHE-GUILHEN (1644-1710)

Née à Rouen (76) - parfois orthographiée Guilhem, sa famille maternelle compte le poète Saint-Amant. Elle se fait connaître par des ouvrages de fiction. Protestante, elle émigre en Hollande, puis en Angleterre. Elle cherche, en vain, des protections en dédiant ses œuvres à des princesses. Ses ouvrages clandestins en France montrent comment fonctionnaient les réseaux protestants de cette époque.

Eustache Hyacinthe LANGLOIS (1777-1837)

Né à Pont-de-l'Arche (27), porté vers le dessin, il réalise ses premiers croquis de personnages et de sites dans sa ville natale. Sensible, touché par le mal-être, il formule ses émotions par les thèmes médiévaux romantiques dans ses aspects les plus noirs. Ses écrits sont nostalgiques, tournés vers la mort et campent un paysage médiéval propice à l’expression du désarroi.

Publications de la Piterne

La fête aux Normands : Collection "Vite lu" n°46

Le sacristain de Bonport : Collection "Vite lu" n°34

 

Joseph LAVALLÉE (1747-1816)

Né à Dieppe (76), Louis-Joseph LAVALLÉE, marquis de Boisrobert, embrasse la profession des armes. Parce qu’homosexuel, sa famille le fait enfermer à la Bastille. Indigné de la sévérité de ses parents, il se fait appeler Joseph, plus populaire. Cultivant la poésie légère, il ne tarde pas à se distinguer. Voulant s’essayer dans le roman, l’accueil reçu décide sa vocation pour les lettres.

 

Gaston LAVALLEY (1834-1902)

Né à Vouilly (14), ce fils d'ingénieur fit des études de droit. Il fut nommé conservateur en chef de la Bibliothèque de Caen en 1870. Grand érudit et spécialiste de l'histoire normande, il a collaboré à de nombreux journaux locaux et nationaux. Auteur prolifique, il a écrit une vingtaine d'ouvrages, surtout à caractère géographique et de critique artistique.

Publication de la Piterne

Légendes normandes

Julie LAVERGNE (1823-1886)

Née à Paris, Julie OZENEAUX épouse en 1844 le peintre Claudius LAVERGNE. Dévouée à son rôle de femme, elle écrit des contes et des nouvelles mettant en scène l'histoire et les paysages de la Normandie. Catholique et monarchiste, son fils Joseph publie en 1902 sa Correspondance qui dévoile l'intériorisation des règles de vie imposées aux femmes dans la société du XIXe siècle

Publication de la Piterne

Récits normands

Georgette LEBLANC (1869-1941)

Née à Rouen (76), sœur cadette de Maurice Leblanc, elle ambitionne d'être une femme de lettres mais ne parvient pas à s'imposer. Elle acquiert le phare de Tancarville et devient en 1935 membre du groupe saphique La Cordée (The Rope). Outre Souvenirs (1895-1918), relatant sa liaison avec Maeterlinck, elle rédige des livres pour enfants et des récits de voyage.

Publication de La Piterne

Un pélerinage au pays de Madame Bovary

Maurice LEBLANC (1864-1941)

Né à Rouen (76), il refuse la carrière que son père lui destine et va à Paris pour écrire. D'abord journaliste, il éveille l’intérêt de Jules Renard et Alphonse Daudet, sans succès public. Après un roman autobiographique, un directeur de revue lui commande une nouvelle : L'Arrestation d’Arsène Lupin. Deux ans plus tard, Arsène Lupin sort en livre.

Édouard LE HÉRICHER (1812-1890)

Né à Valognes (50), il conçoit l’idée de son travail sur l’Avranchin et parcourt les communes pour en décrire les églises, les ruines, les mottes féodales et les chapelles disparues. Pour illustrer son sujet, il évoque les souvenirs historiques du pays, raconte les légendes, recueille les dictons, les proverbes et les vieilles chansons.

Publication de la Piterne

Littérature populaire de la Normandie

 

Robert LE MINIHY DE LA VILLEHERVÉ (849-1919)

Né à Ingouville (76), ce fils de capitaine au long cours débute comme journaliste au Courrier du Havre, avant de créer la revue littéraire havraise La Province. Un buste lui rend hommage au square Saint-Roch, au Havre.

 

LEMIOCHE

Pseudonyme utilisé par Joseph L'HOPITAL

Alphonse LE MIRE (1809-1864)

Né à Rouen (76), attiré par la médecine puis la chimie, il termine ses études en Allemagne et y dépose plusieurs brevets, dont un en 1839 pour de l'encre indélébile. Il poursuit sa carrière en Angleterre, où il s'installe vers 1843. Il s'intéresse à l'adoucissement de l'eau de mer et en dépose une méthode brevetée en 1851. Il meurt à Londres en 1864.Publication de la Piterne

Goule, conte fantastique : Collection "Vite lu" n°09

 

Dan LEYLO

Pseudonyme utilisé par Eugène de LONLAY

Jeanne Marie LEPRINCE DE BEAUMONT (1711-1790)

Née à Rouen (76), elle est l’éducatrice des filles de la haute société, à Lunéville puis à Londres. Son Magasin des enfants comporte des contes destinés à charmer ses lecteurs. Sa devise était : Plaire à la jeunesse en l'instruisant, elle est considérée comme le premier écrivain à avoir adopté un style simple, adapté aux jeunes lecteurs.

Publication de la Piterne

La Belle et la Bête

Gustave LE ROUGE (1867-1938)

Né à Valognes (50), l'inventeur de la carnoplastie, une technique qui permet à une personne de prendre l'apparence d'une autre, récuse tout souci de vraisemblance scientifique au profit d'un style très personnel. La puissance de son imagination fertile, ses pittoresques et attachantes créations, son style parfois délirant, tout cela a fait de lui un auteur reconnu par les surréalistes.

Publications de la Piterne

Le crime d'une midinette

Le prisonnier de la planète Mars

Hugues LE ROUX (1860-1925)

Né au Havre (76), il modifie son prénom Robert-Henri pour tenter sa chance d'écrivain dans la capitale. Il collabore à des journaux et son premier roman paraît en 1885, suivi d’études documentaires et sociales : prémices d’une carrière d’écrivain et de conférencier. Conseiller général du canton de Rambouillet, il est sénateur de Seine-et-Oise de 1920 à 1925, siégeant à l’Union républicaine.

 

Jules Adrien de LÉRUE (1811-1898

Né à Blangy (76), il est en 1860 "chef de division à la préfecture de Seine-Inférieure" et membre de sociétés savantes de la ville de Rouen. Ses articles sont publiés dans La Revue de Rouen, La Revue de Normandie, L'Impartial de Rouen, Le Mémorial, Le Nouvelliste de Rouen et Le Pionnier de Sherbrooke. Il fonde la revue Le Boïeldieu.

Publications de la Piterne

La volière de mon oncle : Collection "Vite lu" n°37

Les premières neiges : Collection "Vite lu" n°51

Les rois blancs : Collection "Vite lu" n°25

Gustave LEVAVASSEUR (1816-1896)

Né à Argentan (61), il est reçu avocat en 1840, il n’exerce guère et débute dans la littérature. Après avoir résidé dans la capitale, il retourne dans son pays et s’établit à Longé, dont il devient maire. De jeunes auteurs normands lui demandent des conseils, imitent son style et sa manière. Il écrit sous les pseudonymes de CIVILIS et Gustave DELORME

Publication de la Piterne

La diligence enchantée : Collection "Vite lu" n°02

 

Henri LE VERDIER (840-19..)

Natif de Caen (14), au patronyme parfois orthographié en un seul mot, il est mentionné comme "romancier" avec des titres aux noms à double sens.

Publication de la Piterne

Le crime de la rue des Écouffes : Collection "Vite lu" n°29

Louise LEVESQUE (1703-1745)

Née à Rouen (76), Louise CAVELIER reçoit une éducation soignée. À vingt ans, elle épouse LEVESQUE, gendarme du roi et s'installe à Paris. Entrée en relation avec des gens de lettres, elle consacre ses loisirs à la lecture et s’adonne à la poésie. Elle doit sa réputation à ses textes en prose : Un roman doit être comme un beau parterre diversifié de fleurs différentes, toutes parfaites dans leur genre.

Publication de la Piterne

Le Prince des Aigues Marines

Joseph L'HOPITAL (1854-1930)

Profondément ancré dans son pays normand, il développe une œuvre pétrie de la vie ordinaire et souvent paysanne. Rédacteur en chef de la Croix de l'Eure, il signe CARILLON pour les articles et LEMIOCHE pour ses feuilletons. Maire d'Angerville-la-Campagne de 1911 à 1930, il est le créateur du syndicat agricole d'Évreux. Son engagement politique fut constant mais toujours local.

Publication de la Piterne

Un clocher dans la plaine

Eugène de LONLAY (1815-1886)

Né à Argentan (61), le marquis a écrit un nombre considérable de romances et poésies lyriques. Puis il a publié des romans, sous des pseudonymes, dont Ed. ALLONY, Max d’APREVAL, FLAVIO, Dan LEYLO, etc. Ses petits livres sont moins scabreux que leurs titres : Ce que vierge ne doit lire ou le Fruit défendu... Historien, traditionaliste, il a traduit du russe en français.

Jean LORRAIN (1855-1906)

Né à Fécamp (76), Paul DUVAL est fils d'armateur. Lycéen, il versifie. Après un ouvrage publié à compte d'auteur, il collabore à des revues et se crée un personnage, avec le souci de provoquer le scandale. Il écrit pour Sarah Bernhardt des pièces de théâtre sans succès. Son deuxième roman, Très Russe, manque provoquer un duel avec Maupassant, son camarade d'enfance. Il utilise le pseudonyme de Raitif de LA BRETONNE.

Publications de La Piterne

La jonque dorée

La main d'ombre : Collection "Vite lu" n°41

La marchande d'oublies : Collection "Vite lu" n°23Maison pour dames

Un crime inconnu : Collection "Vite lu" n°35

 

Sophronyme LOUDIER (1835-1...)

Né à Orbec (14), il fait de sérieuses études à Lisieux et ses débuts au journal Le Lexovien, avant de partir à Paris comme secrétaire de Louis Énault. Professeur de l'association polytechnique pendant douze ans, il est Officier d'académie en 1872 et de l'Instruction publique en 1879 pour son dévouement et Médaille de 1ère classe pour ses ouvrages instructifs et moraux.

Publication de La Piterne

Le serment d'un étudiant : Collection "Vite lu" n°15