Amélie BOSQUET (1815-1904)

Née dans le quartier de Martainville à Rouen (76), elle débute sa carrière littéraire à 19 ans sous le pseudonyme d'Émile Bosquet. Elle dépeint les luttes religieuses au sein des familles, les ouvriers de filatures rouennaises, etc. Gustave Flaubert a en haute estime son talent littéraire.

La Normandie romanesque et merveilleuse est l'ouvrage de référence de tous les folkloristes qui ont recueilli contes, légendes et traditions de Normandie.

La Normandie romanesque et merveilleuse

 

Cet important volume est resté classique, toujours consulté depuis sa première publication en 1845.

Il reste le meilleur ouvrage à consulter sur la région où, grâce à des recherches savantes, l’auteur sut réunir et commenter les traditions, les légendes et les superstitions du pays normand.

Ensuite, elle se voua à la littérature à proprement parler ; Gustave Flaubert avait en haute estime le talent littéraire d’Amélie Bosquet.

Lire mille mots



Le lévrier de Villeret sur Audiocite.net (2 minutes)

La relique

 

Il y a près de mille ans, une troupe de Barba6res descendit la Seine. Une partie de ce détachement se rendit à Jumièges, avec l’intention de piller l’abbaye et toutes les richesses.

Vite lu - 19


La relique

 

Il y a près de mille ans, une troupe de Barba6res descendit la Seine. Une partie de ce détachement se rendit à Jumièges, avec l’intention de piller l’abbaye et toutes les richesses.

Vite lu - 19


Une fille du peuple

 

Paul, riche cultivateur, jeune, beau, ne pouvait manquer de plaire à Louise, jolie, bonne, mais pauvre fille, qui n’avait pour dot que sa gentillesse et sa douceur. L’âme de Louise s’ouvrit à l’amour, à cet irrésistible sentiment que la jeune fille, pleine de foi dans le bonheur qui lui était promis, ne chercha pas à combattre. Elle s’y livra avec délices, et sa vie se concentra dans une seule pensée : aimer Paul.

Vite lu - 13


Une vengeance de femme

 

J’appris qu’une grande passion l’unissait à une femme, dont on m’exalta le mérite... À l’instant, et sans pouvoir m’en défendre, je la pris en haine.

 

Tout porte à penser que la nouvelle signée Amélie M... est d'Amélie Bosquet : prénom, 1835, Rouen, revue de publication.

Vite lu - 07