Jean-Baptiste-Cousin De GRAINVILLE (1746-1805)

Né au Havre (76), il est destiné à l'état ecclésiastique ; la Révolution l'en détourne et il développe son talent oratoire en se consacrant à la littérature.

Ses positions politiques le condamnent à vivre chichement, l’activité de son esprit n'est plus soutenue par la composition de ses livres.

Sa sœur s'est mariée au frère Bernardin de Saint-Pierre.

Le dernier homme

 

L’ouvrage, publié à titre posthume en 1805, est le précurseur de la littérature fantastique ; son sujet est absolument neuf. La seconde édition, publiée en 1811, fut accueillie par la critique comme d'une grande et étonnante conception d'esprit.

Le titre annonce le dénouement du plus grand de tous les drames : le grand architecte de l’univers a déterminé l’époque où la Terre doit finir. L’histoire se déroule lorsque le dernier des hommes rend son dernier soupir ; le globe est devenu stérile ; les hommes sont privés de la faculté de se reproduire. Il ne reste que deux individus à avoir conservé cette faculté : l’homme Omégare en Europe, la femme Sydérie en Amérique.

Lire mille mots